Visio conférence entre le CESE-NC et le CESEC de Polynésie

Vendredi 24 avril dans la matinée à Nouméa soit jeudi 23 avril dans la matinée à Papeete , le président Daniel CORNAILLE a participé à une réunion de l’assemblée du CESC qui avait pour thématique une réflexion sur les mesures de déconfinement en Polynésie française.
 

En effet à la date du 23 avril 2020, 57 cas de COVID-19 ont été recensés.


Les débats se sont orientés autour des principaux points suivants :
Le respect des gestes barrières
La fourniture de masques et de gel
La vente d’alcool
La réouverture des établissements scolaires
Les dispositifs d’aide pour les entreprises et le sauvetage de l’économie
Le déconfinement des archipels en dehors de Papeete et Moorea
La pratique du sport et le soutien à l’économie sportive
La continuité territoriale et le manque de visibilité pour les compagnies aériennes
 

Daniel CORNAILLE a été interrogé à plusieurs reprises pour présenter la situation en Nouvelle-Calédonie, il a ainsi indiqué que les entreprises pouvaient fournir localement le gel et que l’industrie se mettait en place pour la confection de masques .
Les débats en Polynésie ont été assez vifs au sujet du retour à l’école des enfants et de la tentative de sauvetage de l’économie.
Il n’y a pas une unanimité pour cette reprise dans le style « business First ».
Ainsi le reste des archipel de Polynésie française souhaiterait pouvoir être des confiné à la différence des îles de Papeete et Moorea
 

Daniel CORNAILLE a bien indiqué que s’il s’avérait que d’autres cas soient recensés, le confinement de la population serait à nouveau mis en œuvre. Plutôt que de déconfinement il serait plus convenable d’ailleurs de parler de confinement adapté avec des mesures au niveau scolaire, avec des allégements de classe par groupe et au niveau économique avec une reprise différée de certaines activités liées notamment au tourisme et à l’événementiel.